Bruno Allion, un producteur à part 


Bruno Allion n’aime pas faire les choses comme tout le monde. C’est alors que dès son plus jeune il se passionne pour la vigne et la création de vins.

C’est tout naturellement qu’en 1978, âgé de 19 ans, il reprend la production familiale à Thésée, près de Tours dans le Loir-et-Cher. Dans ces premières années, la totalité du raison était livré à la coopérative du village. Il faisait du vin « classique », en utilisant pesticide et engrais chimique. En 1995, un tournant majeur s’opère dans la production de Bruno Allion, une prise de conscience est effectuée, et il décide d’arrêter l’utilisation de produits chimiques. Ses parcelles sont rapidement converties en production biologique. Il reçoit le graal en 1997, la certification Demeter.

Pour ceux qui ne le savent pas, l’appellation Demeter est décerné à tous les produits issus de l’agriculture biodynamique et qui répond aux critères dictés par Rudolf Steiner, mais également aux normes européennes de l’agriculture biologique. La certification fut fondée en 1927 à Berlin. Elle s’applique donc aux vins mais également à tous les agricultures : céréales…

Cette agriculture biologique lui permet de créer son propre engrais : du compost à base de fleurs. Oui les fleurs qui poussent entre ses pieds de vigne sont recyclées afin d’être réutilisées dans la chaîne de production.
Mais il va encore plus loin dans cette démarche, puisque par la suite il créera du vin naturel. Un vin  sans intrat, sans sulfite, ou gélatine ou colle de poisson qui permettent de stabiliser le vin. Ses années de travail permettent d’offrir un vin d’une extrême qualité. Malheureusement pour vous, il ne produit du vin naturel que sur quelques hectares. Une production très intime : environ 7 000 bouteilles à l’année. Alors si vous avez l’occasion de pouvoir vous procurer une bouteille, n’hésitez pas c’est une des rares fois où vous aurez la chance d’en apercevoir une. Bruno ne parle que très rarement de son vin, mais une fois en bouche vous comprendrez pourquoi, le vin parle pour le producteur.

Laisser un commentaire